• [plein de rien ou vide de tout?]

    étrange question, n'est-il pas?!


     je ne saurais que dire. les mots me manquent à vrai dire. je tente l'echapatoir ou j'expose la vérité nue comme il se doit? j'aime cacher les choses, j'aime laisser à chacun le plaisir d'y voir ce qu'il veut. il y autant de vrai que de faux dans ces histoires. je brouille les pistes sans pourtant perdre pieds.


     


    [1] organisation stérile mais néanmoins digne de rendre plus (voir moins ) cohérent l'ensemble.


     la musique se met tout doucement en route. les premières notes sont étrange. le son est electrique, plein d'echos, de résonnances. la voix est maladive, plaintive, pleins de mélancolie. les mots prennent doucement un sens, puis s'envolent avec le reste de la mélodie.


     


    des pensées encombrent mon esprit, et s'entassent sans préavis.


     


    j'ai eu peur de tant de chose. maintenant encore. la peur ne me quitte pas. elle fait parti intégrante de moi. un point c'est tout.


     


     


    je ne souffre pas de toruble psychologiques, du moins je ne le crois pas. je ne souffre pas de maux particuliers. je suis le reflets de chacune et d'aucun. je suis la petit brise de fraicheur qui se niche au fond des coeur. je suis la petit putain des jours heureux. je suis la petit fille qui crie à l'ignominie en temps de vaches maigres. nous sommes tous la part de quelqu'un d'aure au fond. chaque petite parcelle de nous meme nous relit un a autre.


     


    [ou pas]


     ~


    [2]


    aujourd'hui j'ai eu honte. honte de moi. honte de ne pas avoir été plus humaniste, ou tout simplement moins égoiste. la tristesse des autres me dérangent, et m'angoisse. le désaroi et la passion m'étonnent. mais la difficulté de langage m'attriste. quoi qu'il ne s'agisse en fait pas du mot réel.  cette fille m'attire, et m'intrigue. elle ne m'attire pas comme on peut etre attiré par sa boulangère parce qu'elle nous plait ou qu'elle a un physique agréable. non elle m'attire parce qu'elle cultive avec plaisir son étrangeté et sa part de mystère. elle m'intrigue parce que la barrière linguistique nous empeche de comminuquer en profondeur. j'aurais pu et dut l'aider au fond. mais je n'ai fait attention à rien. egoisme pur? ou simplement betise?


     


    ["]


     petite putain de mon coeur, toi qui creuse petit à petit l'ecart entre lui et moi. tio qui m'ennuie et m'agace. toi qui me lasse. pourquoi? pourquoi te permet tu de glisser sur nos corps de cette manière?  tu fausse le jeu d'une manière qui ne me plait pas.


    chercher à plaire est une chose. vouloir et avoir, au prix d'une haine sans nom... voilà donc ce que tu désires?!


     


     


    arrete les frais gamine. plus tu t'accroches plus je te vomis dessus. plus tu te montres collante, plus je t'ecorche. plus tu te montre ambicieuse, plus je me montre déstructrice.


    voilà donc tout ce que tu es? la putain de nos jours heureux? celle sur qui on marcherait avec plaisir? celle que l'on prendrait plaisir à voir anéanti?!


     [alors soit]


     


    [4]


    l'onirisme n'est pas de mise se soir. la poésie jeter au orties, et le bonheur remit en question.


    j'ai vomit mes mots, je les ai laisser à d'autres. l'usage que vous en ferait m'importe peu au final. je ne sais si je suis lu, si je suis apprécié. et alors? es-ce pour cela que j'écris ici?!


    non j'ecris pour jouer la carte de m'anonyma. je me fond dans la foule trouble de cette étrange toile.


    j'evoque aussi bien mon intimité que mes pensées. mais tout aussi bien des personnages fictifs.


     


    [où s'arrete le reve?]


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :