• [s'en t'y tre][ne pas relire, juste écrire sans rire]

    sur des airs de révOlution cubaine je laisse trainer mes pieds au hasard des songes immatures...

    petit princesse d'un royaume incertain, la demoiselle embrasse au hasad des lacs ses princes et finit toujours par s'accrocher aux branches d'un arbre mort et empoissoné.

    les histoires des autres sont toujours déolantes et oripilante, du vomi sur leur chaussure, les petites filles revent d'aventure et de nature sans prendre garde aux préjugés parentaux.

    samedi prochain j'irais me saouler et faire la feter jusqu'au piallement des dernières lueurs de vie.

    laisse les réver et s'extasier devant un monde qu'il ne comprennent pas, les petits enfants sont toujours amusant au début et fouttrement embetant à la fin.

    histoire d'un jour, histoire de toujours, les histoires des autres sont toujours plus belles sur papier glassé qu'en couleur.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :