• [tout est une question de céréales!]

    un magasin. un clodo. deux magasin. un hotel luxueux. un clodo. un passage piéton. un clodo. trois magasins. un hotel. une bouche de métro. un clodo.

    parait-il que c'est une question de quotidien. certains disent qu'au final ils ne les remarques plus. et d'autres disent qu'ils les voient mais les oublient. je m'y ferais jamais. dire "non désolé je n'ai plus de monnaie", j'en ai horreur. et pour deux raisons: la première c'est surement parce que j'ai encore de la monnaie et que donc je ments. la seconde c'est tout simplement que je sais parfaitement qu'on ne peut pas aider tout le monde et que donc je les mets à part. alors, au final on en est malade, on sait qu'on y peut pas toujours quelque chose. alors on dit bonjour monsieur, on tente de se réconforter en se disant qu'on a quand parler à ce clodo comme à un homme et que même s'il sent la pisse et qu'il fait la manche, on le considère encore comme l'un des notre.

     

    parce que se mentir à soi même finit parfois par avoir un petit effet...

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :